Docteur Pascal GIUDICELLI - ORL
Chirurgie Cervico Faciale
Chirurgie Laser

Consultation sur Rendez Vous
  

+221 33 860 94 94
+ 221 33 824 99 29

Bilan de l’audition

L’AUDIOMETRIE

 

L’audiométrie consiste a étudier la qualité de l’audition d’un sujet et en pratique courante on réalise deux types de test : l’audiométrie tonale et l’audiométrie vocale

Cet examen nécessite au préalable un examen l’oreille par otoscopie et un nettoyage de la cire présente dans l’oreille.

L’audiométrie exige une étroite collaboration avec le patient, un appareillage spécifique et une cabine insonorisée spécialement conçue pour ces tests. Elle nécessite aussi un examinateur expérimenté car certains examens peuvent être difficiles à réaliser.

Les résultats obtenus sont inscrits sur une courbe appelée audiogramme. L’interprétation de ces courbes permet de mesurer différents paramètres dont le degré de perte de l’audition et le type de surdité.

L’audiométrie tonale : est la base de l’examen de l’audition et permet d’apprécier le seuil de détection des sons

L’audiométrie tonale utilise des sons purs pour tester l’audition et teste séparément les conductions aériennes (au casque) et conductions osseuses (vibrateur osseux placé sur la mastoïde).

Il est demandé au sujet de répondre dès qu’il perçoit, même de façon très faible, un son continu ou pulsé. L’opérateur fait varier l’intensité et la fréquence du stimulus acoustique afin de déterminer l’intensité minimum perçue par le sujet pour des fréquences données de 125 à 8 192 Hz.

Lors de l’examen audiométrique, il est parfois nécessaire de masquer l’oreille qui n’est pas examinée pour éviter des erreurs dans les résultats obtenus. Cette technique de masquage demande beaucoup de doigté et d’expérience. Le masquage est indispensable pour les oreilles qui présentent une asymétrie de l’audition. S’il est mal fait, les résultats vont changer d’un examinateur à l’autre et induire des doutes auprès des patients.

L’audiométrie tonale permet aussi de mesurer le seuil d’inconfort, c’est-à-dire le niveau sonore à partir duquel le son devient inconfortable, voire douloureux. Elle permet encore de rechercher la fréquence des acouphènes.

Chez l’adulte, l’examen est en général de réalisation aisée.

Chez l’enfant de moins de 5 ans, les tests sont à adapter en fonction de ses capacités d’attention et de compréhension.

  • Avant 3 mois, on utilise la méthode des otoémissions et les Potentiels Evoqués Auditifs.
  • Vers 6 mois, l’enfant contrôle mieux sa motricité, on peut alors utiliser des tests basés sur le réflexe d’orientation-investigation en observant ses réactions lors de l’utilisation de jouets sonores étalonnés, par exemple.
  • De 1 à 2 ans, le réflexe d’orientation conditionné (ROC) vers la source sonore permet d’utiliser l’attention de l’enfant en le récompensant visuellement lors de bonnes réponses.
  • De 2 à 4 ansenviron, « le peep-show » permet de conditionner l’enfant à appuyer sur un interrupteur pour déclencher une scène visuelle (dessin animé) lorsqu’il entend le son test.

Il existe cinq degrés de surdité :

  • surdité légère : la perte se situe entre 20 et 40 dB ;
  • surdité modérée : la perte se situe entre 40 et 70 dB ;
  • surdité sévère : la perte se situe entre 70 et 90 dB ;
  • surdité profonde : la perte est supérieure à 90 dB ;
  • surdité totale : pas d’audition mesurable.

Il existe trois types de surdité :

  • surdité de transmission : la courbe osseuse est meilleure que la courbe aérienne ;
  • surdité de perception : les courbes aérienne et osseuse sont identiques ;
  • surdité mixte : mélange des deux.

 

L’audiométrie vocale : permet d’apprécier le niveau de compréhension des mots, en faisant aussi participer le cerveau

 

Elle consiste à faire répéter des mots, soit envoyés par le casque dans une oreille, soit envoyés par un haut-parleur placé devant le patient.

Elle va confirmer les résultats obtenus lors de l’audiométrie tonale.

Lorsqu’elle ne correspond pas à l’audiométrie tonale, une lésion au niveau des voies nerveuses auditives ou du cerveau peut être suspectée.

L’audiométrie vocale, très importante lors de l’octroi d’un appareil auditif, recherche aussi le seuil de tolérance vocale, c’est-à-dire comment la compréhension de l’oreille peut être déformée en augmentant le volume des mots à répéter au-dessus de la limite supérieure de la compréhension.

 

.